Album des membres ATBLe forum AquatechnobelQuestion PiscinePage d'accueilEcrire à AquatechnobelPlan du siteLe RSS du forum Aquatechnobel
ATB
Aqua RevAzur bassin Le koiPoisson d orLes eaux de la MulleHydrokoiJBL Koi Farm Shop Aqua Forte 
AqualorNiemier - Varnierles naiadesJapan koiDECOR AquatiqueaquiflorAquaworldEl Patiokoi d or bassin

ATB Accueil
ATB Le blog ATB
ATB Galerie vidéo
Vidéo youtube Chaine ATB TV sur YouTube

Bassin de Jardin
Etang & Bassin de jardin Etang & Bassin
Etang & Bassin de jardin Encyclopédie des Koï
Technique bassin de jardin Technique
Les Bricolages d'aquatechnobel Les Bricolages
La Construction d'un bassin de jardi La Construction
Matos & Filtration Matos & Filtration
Jardins aquatiques de Rêves Bassins de Rêves
Bassins à Koï et viviers Bassins à Koï
Piscine biologique Piscine biologique

Les Forums ATB
Forums bassin Forums bassin
Portail Question Piscine Portail Question Piscine


Programmes d'aide
Aquatechnobase Aquatechnobase V1.31
Base des plantes aquatique Base des plantes aquatique
Convertisseur Convertisseur


La photo
Galerie de Vos photos Vos photos
Vidéo Les vidéos


Aquarium

Aquarium
Aquarium


Les Bonsaï

Bonsaï
Bonsaï


Nature et promenade

Nature et promenade
Nature et promenade


Divers
Lien Lien


Les outils
. Boutons et Bannières

ATBles prosATB
.BE
Aqua garden center
Au Baliste
Poisson d'or
AQUI-FLOR
Le Koï
Les Naïades
Soudoplast
koi farm Fournier
koi farm Shop Fournier
. Japan koi/
E-koi

.FR
Aqua Rev
Aqualor
Azur bassin
Normandie koi
Art Cane
Konceptkoi
Hydrokoi
koi d'or bassin

.NL
Fish Pharma
ATBATBATB

 
ATBAccueil Etang et bassin Les poissons et koï Analyse des étiquettesATB

III. Analyse des étiquettes et des informations fournies par le fabricant.

Les informations reprises sur les étiquettes sont minimalistes.  On n'y retrouve que deux types de données :

-         Celles que le fabricant est légalement obligé d'inscrire :

o       L'analyse brute moyenne (le pourcentage des différents éléments de base tels que les taux de protéines, lipides, vitamines, …).

o       La composition (on y indique le type d'ingrédient utilisé mais en général sans information précise sur les proportions utilisées).

o       La date de péremption.

-         Les informations commerciales destinées, soit à faire vendre, soit à informer sur une particularité ou sur le mode d'utilisation du produit.

Dans les deux cas, ces informations ne sont jamais suffisantes pour s'assurer de la qualité de l'aliment.  Elles donnent toutefois des indications précieuses et permettent au moins d'exclure ce qui est inadapté. 

A.     L'analyse brute.

 C'est une des informations importante.  Elle nous renseigne sur la quantité de certains éléments de base.  Elle ne détaille par contre, ni la composition, ni la qualité de ces éléments.  On sait par exemple, qu'il y a 4 % de lipides mais on ne sait pas quelles en sont les proportions ni si certains lipides essentiels sont présents. 

L'étiquette indique toujours les taux de :

 1.      Protéines.

 C'est le constituant essentiel de la matière vivante (animale et végétale) et c'est donc logiquement le nutriment que l'on va retrouver dans la plus grande proportion (suivant les périodes les Koïs ont besoin de 30 à 38% de protéines soit environ 1/3 de la ration).  C'est aussi le plus cher …

En schématisant, on peut dire que les protéines sont constituées d'un assemblage de briques appelées les acides aminés.  Ce sont ces briques que le poisson utilise pour réparer, entretenir ou construire (croissance, production sexuelle, …) ses tissus ou ses organes. 

La Koi a besoin d'une vingtaine d'acides aminés différents.  Elle sait en fabriquer une dizaine (en transformant d'autres acides aminés ou en les élaborant à partir d'autres nutriments) mais l'autre moitié doit lui être apportée telle quelle (ce sont les acides aminés essentiels).  Les besoins ne sont pas les mêmes pour chacun de ces acides aminés.  La proportion en acides aminés des ingrédients utilisés dans la composition des aliments est variable.  Ce qui fait la qualité de l'ingrédient protéique, c'est cette proportion qui doit être proche des besoins réels du poisson.

 Les acides aminés, évoqués plus haut en tant que constituants structurels des organes, peuvent aussi, en cas de besoin être utilisés comme énergie.   Dans ce cas ils ne sont plus disponibles en tant que briques puisqu'ils vont être détruits ou transformés.  C'est évidemment du gaspillage et il faut les épargner en donnant au poisson une autre source d'énergie plus facilement utilisable et moins chère (les lipides et surtout les carbohydrates). 

Il faut donc des protéines et de l'énergie.  Mais pas en n'importe quelle proportion.  S'il y a trop peu d'énergie, le poisson va "consumer" ses acides aminés.  S'il y a trop d'énergie, le poisson risque d'être rassasié avant d'avoir absorbé suffisamment de protéines.  L'excès de protéines (ou de l'un ou l'autre acide aminé) est également nocif, le poisson va utiliser ce dont il a besoin structurellement et "brûler" le reste en rejetant de l'azote qui polluera notre étang (c'est lui qui génère l'ammoniaque, les nitrites et les nitrates !).  Dans tous les cas, il y aura gaspillage de nourriture (et donc pollution) et mauvais état général des poissons.

 En résumé, un bon aliment devra être fabriqué à partir de bonnes protéines (c'est à dire composées d'acides aminés dans les proportions les plus proches des besoins du poisson), dans des quantités adaptées aux besoins et accompagnées des bonnes proportions de lipides et de carbohydrates pour l'énergie.  Malheureusement aucune de ces informations qualitatives n'est disponible pour le consommateur.

 2.      Lipides.

 Ce sont les corps gras : huiles et graisses animales ou végétales.  Contrairement aux protéines une grande partie des lipides va être utilisée pour ses apports en énergie.  Leur qualité n'en est pas moins essentielle car, comme on l'a vu plus haut, de nombreux lipides sont indispensables pour la structure ou le bon fonctionnement de l'organisme.  C'est le cas notamment des acides gras insaturés que l'on doit retrouver dans des proportions précises qui varient pour chaque espèce de poisson (encore un argument pour bien s'assurer que l'aliment est bien formulé pour les cyprins d'ornement). 

Comme pour les protéines, le fait d'en avoir beaucoup n'est pas une garantie d'avoir tout ce qu'il faut.  Au contraire, des excès ou des mauvaises proportions de l'un ou l'autre élément conduisent rapidement à des troubles métaboliques tels que la dégénérescence graisseuse du foie; problème fréquemment rencontré chez les poissons d'élevage dont font partie nos cyprinidés.

Les aliments pour Koïs et poissons rouges ont en général 4 à 10% de lipides, parfois plus pour les aliments d'hiver.

 3.      Carbohydrates.

 Ce sont les sucres.  C'est la source énergétique la plus répandue et la moins chère.  Ce sont ces sucres (principalement d'origine végétale) qui sont utilisés pour épargner les protéines grâce à l'énergie facilement utilisable qu'ils contiennent.  Ici, c'est la quantité qui joue (ni trop ni trop peu comme expliqué plus haut), la qualité ayant moins d'importance.  En effet, le mode de préparation des aliments flottants transforme les sucres peu digestibles (l'amidon par exemple) en sucres plus facilement assimilables pour les Koïs (ce sont les gélatines qui servent aussi à la cohésion des granulés).  L'utilisation des aliments plongeants n'est pas contre-indiquée mais un aliment flottant sera mieux utilisé par nos poissons du point de vue des carbohydrates.

 4.      Vitamines.

 Le problème des vitamines réside dans le fait qu'elles sont fragiles.  Une partie est détruite pendant la fabrication des aliments, durant le stockage, …  Les fabricants contournent cette difficulté en élaborant des aliments" trop" riches en vitamines afin de s'assurer que même suite à la destruction d'une partie, il en reste suffisamment assez.  Souvent, il n'y en a jamais de trop, nos poissons ayant toujours tendance à ne pas en avoir assez (c'est la cas de la vitamine C).  Les hypervitaminoses existent mais sont exceptionnelles et impossibles avec les aliments que l'on trouve dans le commerce actuellement.  Les taux de vitamines repris sur les étiquettes devraient être compris entre :

7000 et 25000 UI/Kg pour la vitamine A (des excès néfastes existent).          

UI=1000 et 2500 UI/Kg pour la vitamine D3 (des excès néfastes existent).
                            Unité Internationale

80 et 250 mg/Kg pour la vitamine E (elle protège les lipides, il en faut donc plus si le taux de lipides est plus élevé).

50 et 1000 mg/Kg pour la vitamine C (plus il y en a mieux c'est).

 5.      Minéraux.

 Ici encore c'est la proportion des différents minéraux qui importe.  Il est pourtant difficile de préciser les besoins réels de nos poissons car ceux-ci peuvent en prélever une partie directement dans l'eau via les branchies.  D'une manière générale la composition en minéraux n'est pas clairement indiquée sur les étiquettes si ce n'est occasionnellement pour le calcium et le phosphore.  Ce n'est donc pas un critère de choix ou d'exclusion de l'un ou l'autre aliment, ce qui est à déplorer car je suis convaincu que certains sont mal équilibrés.

Exemple d'analyse moyenne brute d'un aliment d'été de bonne qualité.

Protéines brutes

33 à 40 %

Matière grasse brute

4 à 6 %

Cellulose brute

env 4%

Cendres brutes

env 7%

Humidité

env 10%

Vitamine A

env 20.000 UI/Kg (min. 7500)

Vitamine D3

env 2000 UI/Kg (min. 500)

Vitamine E

min 80 mg/Kg

Vitamine C

min 500 mg/Kg (le plus possible)

Vitamine B1, B2, B6, B12, K, PP, méthionine, cystéine, oligo-éléments,  minéraux, …

Spiruline ET pigments carotènes

A.     La composition (ingrédients utilisés).

 Quelques remarques préalables :

-         L'ordre dans lequel les ingrédients sont énumérés n'est pas lié au hasard : ils sont listés selon leur quantité dans l'aliment.  L'ingrédient qui se retrouve dans la plus grande proportion y est inscrit en premier.

-         On retrouve fréquemment les termes de farine et d'huile.  Ceci est lié au mode de préparation : le fabricant va mélanger des ingrédients qu'il achète souvent sous forme de farine ou d'huile facile à transporter, à stocker, …

-         On peut aussi lire le terme de "premix".  Ce sont des pré mélanges ajoutés tels quels pour équilibrer la recette.  Ils se présentent également sous forme de farine (spiruline) ou de suspension huileuse (pré mélange de vitamines ou de pigments par exemple).

 En regardant cette liste de plus près, on y retrouve :

-         les ingrédients de base : produits animaux et/ou végétaux,

-         les ajouts ou additifs qui équilibrent, compètent ou améliorent la préparation (vitamines, pigments, colorants, spiruline, …).

 1.      Les ingrédients de base

 Toujours listés en premier car ils forment la base de la recette.  On les retrouve crus, sous forme de farines, d'huile, de graisse, de concentrés … Il s'agit de :

-         produits animaux : poisson ou crevette (il faut proscrire la viande et la volaille),

-         produits végétaux, principalement céréaliers, tels que le blé, le maïs, le soja, la luzerne, …

-         des levures (généralement des restes de brasserie).

Tous contribuent aux apports finaux en protéines, lipides, carbohydrates, vitamines, … mais en proportions et en qualités très variables. 

Le poisson est souvent l'ingrédient principal mais il arrive que les céréales se retrouvent en plus grande quantité ou qu'un aliment ne contienne pas ou peu de protéines animales (il ne faut pas oublier que nos Koïs sont omnivores et consomment beaucoup de végétaux).

Une ration trop végétarienne doit toutefois n'être réservée qu'aux périodes froides car les céréales, riches en carbohydrates, sont bons fournisseurs d'énergie mais moins bons pourvoyeurs d'éléments structurels de bonne qualité (un poisson trouvera des briques en proportion plus adéquate dans une protéine de poissons que dans une protéine végétale).  Un aliment d'été doit donc contenir un apport minimal en poisson, même s'il est très céréalier.  En général, on retrouve une proportion un peu plus faible en ingrédients d'origine animale qu'en produits d'origine végétale.

Comparaison des taux moyens de protéines, lipides et énergie de quelques ingrédients entrant dans la composition des aliments pour cyprinidés :
 

Ingrédient

Protéines (%)

Lipides (%)

Energie (Kcal/g)

Farine de poisson blanc

62

11

4,5

Concentré de protéine de poisson

80

0,3

4,3

Farine de blé

18

6

4,1

Levure de brasserie déshydratée

45

0,4

4,3

Germe de soja (dégraissé)

25

1,8

4,1

1.      Les ajouts et additifs.

 Ne pas confondre pigments et colorants.

 Il est en effet essentiel de les distinguer.  Les pigments sont des substances assimilées par les cyprins d'ornement (pas par la carpe commune) qui les utilisent notamment pour colorer la peau.  En cas de carence en pigments, les Koïs ne peuvent développer leurs belles couleurs que nous admirons avec tant de plaisir.

Les colorants ne servent par contre qu'à colorer les aliments dans un but commercial.  Ils sont inutiles (et certains néfastes) pour les poissons.  Bref, il faudra choisir un aliment riche en pigments (caroténoïdes essentiellement) et idéalement sans colorants (la couleur d'un aliment sans colorants varie en général du jaune au brun).

Les pigments caroténoïdes le plus souvent ajoutés à l'aliment sont l'asthaxanthine, la canthaxanthine, la zéaxanthine, la rutine, …  Leurs couleurs (celles qu'ils donnent au poissons) varient du rouge au jaune suivant le pigment utilisé.

La spiruline.

La spiruline est une algue filamenteuse vert-bleue fréquemment incorporée dans les formulations pour Koïs.  Elle est en effet riche et bien équilibrée en éléments essentiels (acides aminés, lipides et carbohydrates).  Mais elle est aussi riche en vitamines, minéraux et en pigments.  Elle a la réputation (fondée) d'augmenter la croissance, la coloration, la fertilité, l'immunité (et donc la santé), la digestion, …

Comme pour les autres ingrédients, point trop n'en faut : les excès de spiruline sont néfastes notamment pour le foie.  Elle serait aussi responsable de l'Hikkui tant redouté des amateurs de beaux spécimens.  La majorité des fabricants d'aliments utilisent la spiruline comme seul apport en pigments caroténoïdes mais pour arriver à des concentrations suffisantes en ces pigments, ils n'ont comme seul choix d'augmenter la quantité de spiruline qui finit par se retrouver en excès (c'est le cas de plusieurs "grandes marques").  Pour ma part, j'utilise un aliment enrichi en caroténoïdes complété par des apports plus faibles en spiruline afin de profiter de ses qualités sans la distribuer en excès.  Malheureusement, ce type d'aliment n'est pas très répandu sur le marché.

Les vitamines et minéraux. 

En général ils se présentent sous forme de premix contenant diverses vitamines dans un seul mélange.  Certains fabricants nous informent que telle vitamine est traitée contre l'oxydation, telle autre est pré activée ou plus facilement assimilable, … D'autres ne donnent que les quantités minimales garanties en vitamines et minéraux (voir section traitant de l'analyse brute).

Les autres additifs (antioxydants, conservateurs) ont pour but de prolonger la période de stockage du produit.  On retrouve parfois d'autres additifs sensés améliorer la préparation ou à attirer le consommateur.

Quelques ingrédients entrant dans la fabrication des granulés du commerce (frais, cuits, sous forme de farines ou d'huiles, …) :

poissons, crevettes, grains de céréales, blé, germe de blé, tourteaux de soja, luzerne, maïs, levure de brasserie, concentré de protéines de poisson, composé vitaminique, spiruline, pigments caroténoïdes, produits et graisses oléagineuses, antioxydants, colorants, …

A.     Indications.

 Sur le reste de l'étiquette, on peut lire des informations sur le type d'aliment (espèce cible, saison, …), sur son indication (croissance, couleur, santé, …), sur la dimension du granulé et parfois des précisions sur sa composition (enrichi en vitamines, en pigments, …).  Ces renseignements sont importants car ils nous précisent le type d'aliment concerné.  Ils ne sont pourtant pas toujours fiables : j'ai par exemple vu un sachet qui annonçait "riche en vitamines A&E pour une meilleure santé" aligné en rayons au côtés d'un autre d'apparence banale mais plus riche en vitamines A&E que le "riche" …

 

 Dr Bruno Jacobs

Accueil Etang et bassin Les poissons et koï Analyse des étiquettes 
ATBATBATB
 
ATBVisitesATB
Nb visites aujourdhui :
1023

En savoir plus
ATBATBATB

ATBATB
Fish Pharma

De Vijverhof

Art Cane

Soudoplast

koi farm Fournier

Konceptkoi

koi d or bassin
Le site de mon fils
Smart Resolution
ATBATBATB

ATBPartenairsATB
.jp Koi Bito
.be The Pond Library
.be Koivrienden
.be BKS
.nl NVN
.nl Koi Eagle
.uk The South East Section BKKS
.uk extremekoi
.de koiklan
.de Lothar Gehlhaar
.de Koi
.es El Estanque
.se koi Huddinge
.it laghetti e carpe koi
.us Koiphen
.za koionline
ATBATBATB