Album des membres ATBLe forum AquatechnobelQuestion PiscinePage d'accueilEcrire à AquatechnobelPlan du siteLe RSS du forum Aquatechnobel
ATB
Aqua RevAzur bassin Le koiPoisson d orLes eaux de la MulleHydrokoiJBL Koi Farm Shop Aqua Forte 
AqualorNiemier - Varnierles naiadesJapan koiDECOR AquatiqueaquiflorAquaworldEl Patiokoi d or bassin

ATB Accueil
ATB Le blog ATB
ATB Galerie vidéo
Vidéo youtube Chaine ATB TV sur YouTube

Bassin de Jardin
Etang & Bassin de jardin Etang & Bassin
Etang & Bassin de jardin Encyclopédie des Koï
Technique bassin de jardin Technique
Les Bricolages d'aquatechnobel Les Bricolages
La Construction d'un bassin de jardi La Construction
Matos & Filtration Matos & Filtration
Jardins aquatiques de Rêves Bassins de Rêves
Bassins à Koï et viviers Bassins à Koï
Piscine biologique Piscine biologique

Les Forums ATB
Forums bassin Forums bassin
Portail Question Piscine Portail Question Piscine


Programmes d'aide
Aquatechnobase Aquatechnobase V1.31
Base des plantes aquatique Base des plantes aquatique
Convertisseur Convertisseur


La photo
Galerie de Vos photos Vos photos
Vidéo Les vidéos


Aquarium

Aquarium
Aquarium


Les Bonsaï

Bonsaï
Bonsaï


Nature et promenade

Nature et promenade
Nature et promenade


Divers
Lien Lien


Les outils
. Boutons et Bannières

ATBles prosATB
.BE
Aqua garden center
Au Baliste
Poisson d'or
AQUI-FLOR
Le Koï
Les Naïades
Soudoplast
koi farm Fournier
koi farm Shop Fournier
. Japan koi/
E-koi

.FR
Aqua Rev
Aqualor
Azur bassin
Normandie koi
Art Cane
Konceptkoi
Hydrokoi
koi d'or bassin

.NL
Fish Pharma
ATBATBATB

 
ATBAccueil Etang et bassin Les poissons et koï Le ShowaATB
varietes des koi origine des koi evelage des koi anatomie des koi classification des koi
kohakusushuiochiba shigureStraatkoi
Showaaka matsubakin showa
shiro utsurigoromokigoi
Sankegoshikibenigoi
hi utsurikujakuhajiro
ki utsurigin matsubakarasugoi
kin ki utsurihariwakekumonryu
bekkokikushuiogon
tanchoyamato nishikikikokuryu
asagichagoikin kikokuryu

Le Showa Sanshoku

Famille des Showa Sanshoku

Les origines:

Le Showa est l'une des grandes familles de Koï connue sous le nom des Gosanke. C’est historiquement le plus récent des trois qui sont pour rappel le Kohaku, le Sanke et le Showa.
Son nom complet est le Showa Sanshoku, cette variété a été stabilisée vers 1927 par Jukichi Hoshino durant le règne de l'empereur Hiro Hito, c'est-à-dire, pendant l'ère Showa (1926 - 1989). Il provient d'une des deux lignées d'origine descendantes du Magoï, la lignée Tetsu Magoï tout comme une autre famille fort proche, le Shiro Utsuri.
Showa signifie "éclaircissement, instruction, harmonie". En 1927, Jukichi Hoshino a utilisé un Ki Utsuri comme l'un des deux parents et ce tout premier Showa était d'une très faible qualité, ce n'est pas avant que Tomiji Kobayashi ait croisé des Showa avec des Kohaku dans les années 60 que l'on a pu obtenir la qualité que l'on connait actuellement.

Une vue des serres d'élevage au Japon, les poissons y passent l'hiver.
Du fait de leurs différentes origines, le Showa et le Sanke ont développé un Sumi (noir) différent. Le Tetsu Magoï (dont le Showa est originaire) avait un Sumi plutôt faible et mat qui partait d'en-dessous de la ligne latérale et remontait vers la nageoire dorsale en enveloppant le corps du poisson.
L'Asagi Magoï (dont le Sanke est originaire) a produit un Sumi d'un noir-bleu luisant qui apparait au dessus de la ligne latérale.
On peut remarquer lors des Koï show, lorsque les poissons sont placés dans des bacs bleus, que les lignes de séparation du Sumi des Showa et des Shiro Utsuri sont aussi un peu plus floues que celles du Sanke. Cela est aussi dû à la lignée Tetu Magoï qui était un poisson moins raffiné et plus proche de la carpe sauvage pour laquelle la couleur était uniquement du camouflage. Ce camouflage devait pouvoir se modifier car passer inaperçu était la clé de la survie.
Durant des années, les Gosanke ont été croisés entre eux par des éleveurs comme Toshio Sakaï et Minoru Mano (Dainishi) de manière à améliorer le hi (rouge) et le Shiroji (blanc) des Showa.

Comment reconnaître un Showa avec certitude ?
On peut confondre le Showa avec le Sanke car les couleurs sont les mêmes le rouge (Hi), le blanc (Shiroji) et le noir (Sumi), mais une des différences entre les deux familles est la couleur de base du Showa qui est le noir et il à des marques rouges et blanches alors que le Sanke a une couleur de base blanche et des taches rouges et noires.
Pour les différencier, il faut vérifier les trois points suivants :



Point 1:
Le Showa a du Motoguro, c'est-à-dire du Sumi à la base des nageoires pectorales. Il a aussi du Sumi sur les autres nageoires alors que le Sanke a du Teijima sur les pectorales mais ceci n'est pas une obligation, il existe des Showa avec du Teijima même très léger.
Pour avoir des pectorales parfaites, le Sumi doit représenter 30% de la surface de la nageoire.



Point 2:
Le Showa a du Sumi sur la tête alors que le Sanke n’en a pas.
La marque sur la tête est appelée Hatchiware ou Menware.



Point 3:
Le dessin Sumi est différent sur le Showa, il est sous forme de grandes taches qui peuvent passer sous la ligne latérale car c'est la couleur de base du poisson alors qu’il est plus petit sur le Sanke et limité au-dessus de la ligne latérale.


L'évolution:

Avant 1975, les Showa étaient représentés par la lignée Kobayashi, ces Showa avaient beaucoup de Sumi et très peu de Shiroji, le Sumi et le Hi se recouvraient souvent, et en raison de la grande quantité de Sumi, ce poisson donnait une grosse impression de puissance.
Quelques éleveurs n’étaient pas satisfaits de cette lignée car ils pensaient que le Sumi très présent donnait une impression de puissance mais aussi quelque part un manque de beauté. Cela est la raison pour laquelle ils ont développé un « nouveau Showa» appelé Kindai Showa.
Les alvins de Showa naissent noirs, les taches de couleurs apparaissent avec la croissance, dans une ponte de parents Showa, seulement entre 10 et 30% deviendront des Showa.

Comment juger de la qualité d'un Showa ?

  1. Un Showa se juge à la base comme un Kohaku, la disposition des marques Hi est très importante.
  2. Les marques Sumi doivent être bien équilibrées et bien réparties.
  3. La zone juste avant la queue (Odome) doit être blanche.
  4. Idéalement, les trois couleurs doivent être présentes sur la tête.
  5. La nageoire dorsale devrait être blanche pour bien contraster avec le Sumi.
  6. Le Motoguro doit couvrir 30% des nageoires pectorales.
Le Hi d'un Showa n'est pas comme le Hi d'un Sanke, les alvins de Showa sont entièrement noirs, quand le rouge commence à apparaitre, il est d'une couleur verdâtre et va devenir une couleur moutarde puis finalement d'un orange sombre. Après des années, cette couleur peut devenir cramoisi.
Le Sumi d’un Showa a tendance à apparaître de manière aléatoire sur le corps, il a aussi tendance à apparaître en groupe à la place d’être correctement réparti sur l’ensemble du corps.
Le Sumi doit partir d'en dessous de la ligne latérale et remonter vers le dos un peu comme des pics de montagne.

Les marques Sumi commencent à apparaître sur ces jeunes Showa.
Le couleur du Sumi est moins brillante que celle du Sanke. Le Sumi a plutôt tendance à être mat, raison pour laquelle des programmes d'élevage ont amené du sang de Sanke, ce qui a fortement augmenté la qualité du Sumi des Showa.
L'apport du sang de Sanke a créé quelques poissons que l'on identifie difficilement : Showa ou Sanke car les caractères les deux familles sont mélangées. Les puristes disent qu'il faudrait éliminer ces poissons dont la famille est indéterminée mais il existe des amateurs pour les Koï de ce type et en fin de compte, les éleveurs sont aussi des hommes d'affaires.
Lors des Koï Show, même les juges ont parfois la plus grande difficulté à déterminer la famille, il n'est pas rare de les voir regarder dans la bouche du poisson à la recherche de trace de Sumi , s'ils en trouvent, c'est un Showa, s' ils n'en trouvent pas, ce n'est pas sûr que ce soit un Sanke.
Cette tendance au regroupement du Sumi peut parfois déséquilibrer le poisson, il est donc rare que le Sumi soit équitablement réparti de la tête à la queue et en bonne harmonie avec le Shiroji.
Les nageoires pectorales peuvent avoir une tache noire à leur base appelée Motoguro. Un point intéressant aussi, c'est le côté "surprise" du Showa, il est difficile de prévoir l'évolution qu'aura le Koï dans les prochaines années. C'est un peu le Koï des joueurs.

Narita est un des plus grands dealers du Japon.
Un Koï qui peut paraître sans intérêt peut révéler de très bonnes surprises.
Le Shiroji d'un Showa doit être blanc comme neige. Bien qu’à l'origine, il n'y avait pas beaucoup de Shiroji, les Showa modernes actuellement produits en ont beaucoup plus.
Si un Showa a moins de 20% de blanc, c'est un Showa traditionnel et pas un Kindai Showa.
Sélectionner un bon jeune Showa est certainement l'un des choix les plus difficiles à faire.
Le Showa change fortement durant sa croissance, il peut aussi prendre beaucoup de temps pour se développer, en effet, il faut parfois cinq ans pour que le développement du poisson soit terminé.
Souvent, le Sumi d'un jeune Showa est profondément enfui sous la peau et peut apparait sous forme de taches grisâtres, cela n'indique pas une mauvaise qualité du Shiroji mais des marques Sumi qui vont apparaître plus tard lors du développement du poisson.
Commencez la sélection d'un jeune Showa comme pour les autres Koï en regardant la tête, elle devrait avoir les trois couleurs : le Hi, le Sumi et le Shiroji (de préférence en quantités égales). L'idéal est d'avoir une belle tête de Kohaku avec une marque Sumi en forme d'éclair ou en forme de "Y".
Après, choisissez un poisson avec un beau dessin style Kohaku bien équilibré sur tout le corps, regardez ensuite si le Sumi est présent ou s'il va apparaître partout sur le corps. Le Sumi a tendance à apparaître en partant de l'arrière du poisson en remontant vers l'avant, il est donc normal d'avoir des marques Sumi déjà bien présentes à l'arrière et en formation à l'avant du poisson.
Veillez aussi à ce que les marques Sumi partent d'en dessous de la ligne latérale, ces marques Sumi partant du ventre ont tendance à se développer et à remonter en enveloppant le corps vers le dos, elles sembleraient aussi être plus stables.
Un autre point important, ce sont les nageoires pectorales, idéalement, le tiers intérieur (près du corps) devrait être noir.
En grandissant, la partie noire des pectorales va garder la même surface, c'est la partie blanche à l'extérieur de la nageoire qui va grandir, raison pour laquelle un jeune Showa avec les pectorales complètement noires peut aussi être prometteur car en grandissant, le blanc va apparaître à l'extérieur.

Les pectorales encore noires de ce jeune Showa vont s'éclaircir quand le poisson grandira.
Le Sumi va aussi s'affirmer avec l'âge.

Si le Showa est déjà âgé de trois ans et que le blanc des pectorales n'a pas commencé à apparaître, cela peut être un problème pour l'évolution future du poisson.
Dans tous les cas, des marques Hi ne peuvent pas se trouver sur les nageoires.


Les Variétés et les Sous Variétés



Le Doitsu Showa

Le Ginrin Showa

Le Doitsu Showa est un Showa sans écailles ou alors uniquement une ligne d'écailles de part et d'autre du dos et le long de la ligne latérale.

Le Ginrin Showa possède des écailles très brillantes,
ce qui lui donne un très fort reflet.

Showa classique : lignée Kobayashi

Kindai Showa

Lignée d'origine avec beaucoup de Sumi.

Showa d'une lignée plus moderne, avec des couleurs
beaucoup plus équilibrées, il a minimum 20% de blanc. Il est caractérisé par la séparation du Hi et du Sumi.
Le Hi et le Sumi sont, de ce fait, beaucoup plus harmonieux.

Hi Showa

Boke Showa

Dans la livrée de cette variété, le Hi domine.
Le Sumi et le Shiroji sont égaux. Si, vu du haut, le Hi dépasse
50% de la surface visible du corps, il est appelé Hi Showa.

Showa dont le Hi est sous forme de petites taches.

Showa Teijima

Kage Showa

Pour ce Showa, on peut remarquer que les pectorales n'ont pas
les marques Motoguro mais des bandes appelées Teijima comme pour le Sanke.
Le Kage Showa a un Sumi flou presque gris qui va apparaitre plutôt dans les tons bleutés.



Lexique:

Teijima:
Sumi sous forme de bandes, ce terme est souvent utilisé pour décrire
les nageoires pectorales d’un Sanke.

Motoguro:
Ce sont des taches Sumi à la base des pectorales. Idéalement, elles doivent représenter 30% de la surface.
Cela devrait apparaître sur les variétés provenant du Karasugoi telles que le Showa, Shiro Utsuri, Kumonryu, Beni Kumonryu etc.

Gosanke:
Il existe plus de 80 variétés de Nishikigoi. Dans ces 80 variétés, les Kohaku, les Taisho Sanshoku et les Showa Sanshoku sont considérées comme particulièrement importantes et ces trois espèces sont regroupées sous le nom Gosanke.

Hachiware:
Tache Sumi qui divise la tête, c’est aussi appelé Menware.
Un bon Hachiware va de la tête aux épaules avec une forme Inazuma.
C’est présent sur les Shiro Utsuri, les Showa les Kin Showa et autres Utsuri.

30/03/2008
Accueil Etang et bassin Les poissons et koï Le Showa 
ATBATBATB
 
ATBVisitesATB
Nb visites aujourdhui :
695

En savoir plus
ATBATBATB

ATBATB
Fish Pharma

De Vijverhof

Art Cane

Soudoplast

koi farm Fournier

Konceptkoi

koi d or bassin
Le site de mon fils
Smart Resolution
ATBATBATB

ATBPartenairsATB
.jp Koi Bito
.be The Pond Library
.be Koivrienden
.be BKS
.nl NVN
.nl Koi Eagle
.uk The South East Section BKKS
.uk extremekoi
.de koiklan
.de Lothar Gehlhaar
.de Koi
.es El Estanque
.se koi Huddinge
.it laghetti e carpe koi
.us Koiphen
.za koionline
ATBATBATB